Référence : UMS2013-KARLEJ-002
Lieu de travail : TOULOUSE,TOULOUSE
Date de publication : vendredi 9 octobre 2020
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 22 mois
Date d’embauche prévue : 2 novembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2437 € et 2980 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d’études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le/La titulaire fournira un support au projet PHIDIAS pour en définir l’architecture (qui sera le précurseur de l’architecture de l’Infrastructure de Recherche Data Terra).

Il/Elle participera à la coordination des activités techniques, et notamment celles mises en œuvres par deux PME expertes dans la diffusion avancée de données.

Il vérifiera l’adéquation et l’opérationnalité des solutions techniques proposées aux enjeux et objectifs du projet PHIDIAS et à ceux de l’IR Data Terra. Il vérifiera également la compatibilité de la solution choisie avec les moyens et pratiques du CINES où sera installée le système PHIDIAS).

Il/Elle participera activement aux activités d’installation et d’intégration des différents composants logiciels.

I/Elle sera en charge des activités de validation (chez les PME et au CINES).

Activités

– Support à la définition de l’architecture de PHIDIAS (précurseur de celle de l’IR Data Terra)
– Participer à la coordination technique – pilotage des activités de deux PME expertes du domaine
– Vérification de l’adéquation des solutions proposées
– Installation et test des systèmes développés sur l’infrastructure cible au CINES
– Rédiger les plans d’essais

Compétences

– Piloter un projet
– Transmettre des connaissances
– Installer et mettre en œuvre des logiciels
– Règles et normes de construction de base de données
– Rédiger des rapports ou des documents techniques
– Appliquer les procédures d’assurance qualité
– Assurer une veille
– Sens de l’initiative
– Sens critique
– Sens de l’organisation
– Capacité à travailler en équipe

Contexte de travail

L’infrastructure de recherche Data Terra « Pôle de données et de services pour le système Terre » a pour objectif d’observer, comprendre et prévoir de manière intégrée l’histoire, le fonctionnement et l’évolution du système Terre soumis aux changements globaux. Cela nécessite la mise en œuvre d’infrastructures innovantes permettant l’analyse, la diffusion et l’utilisation intelligente de données (spatiales, in-situ), indicateurs et modèles issus des systèmes nationaux et internationaux d’observation (sol, mer, espace) ainsi que leur mise à disposition des communautés scientifiques, des acteurs publics et de l’innovation et des citoyens.

L’IR Data Terra, inscrite sur la feuille de route nationale des IR/TGIR, bénéficie de l’appui et d’une politique coordonnée d’une trentaine d’organismes et institutions partenaires. L’IR fédère les activités de 4 pôles de données couvrant les 4 compartiments du système Terre (Terre solide «Form@Ter», Océans «ODATIS», Surfaces continentales «THEIA» et Atmosphère «AERIS») ainsi que des dispositifs transversaux comme DINAMIS pour l’accès aux données spatiales, l’Inter-pôles pour partager expertises et expériences (interopérabilité, catalogage, DOI, ) dans la mise en oeuvre de systèmes d’information.

L’UMS CPST (Coordination Pôles de données et de services pour le Système Terre) a pour mission d’apporter un appui aux activités de l’IR Data Terra dans ses missions d’administration, de gestion et de coordination technique des infrastructures et centres de données et de services. Elle a pour principales tutelles le CNRS/INSU, le CNES, IFREMER, l’IRD, IRSTEA, IGN et Météo France.

PHIDIAS est un projet européen sur 36 qui vise au développement et la réalisation concrète d’un ensemble de services et d’outils interdisciplinaires basés sur le HPC. Ceci afin de permettre aux sciences des systèmes terrestres d’exploiter de grands ensembles de données d’intérêt européen public fourni par l’observation de la Terre par satellite. PHIDIAS fournira un accès FAIR à ces jeux de données traités ainsi que des services à valeur ajoutée : du traitement de données «standard» appliqué aux jeux de données hétérogènes Big-Data, aux services plus avancés tels que l’IA ou le HPC à la demande appelé «informatique urgente». Cela sera rendu possible grâce à une grande capacité de stockage de données et à un réseau à large bande passante à travers l’Europe.