Lire directement

    Dans un contexte de grands changements (climat, démographie, économie, etc.), le Sud de l’Europe et de la Méditerranée fait face à d’importants défis avec des ressources en eau intrinsèquement faibles, irrégulières et en diminution continue. Le défi de la sécurité alimentaire est énorme, puisqu’il s’agira de produire davantage par l’intensification des cultures et l’augmentation de la productivité tout en préservant les ressources.

    Le projet de recherche LMI TREMA, une coopération franco-marocaine, a démontré comment la télédétection peut contribuer à améliorer la surveillance et la modélisation des ressources en eau dans les régions méditerranéennes semi-arides. Dans ce cadre, plusieurs prototypes d’outils destinés à l’aide à la décision ont été développés dont l’outil en ligne Sat’Irr qui a été enregistré en copropriété entre l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCA).

    En effet, l’observation par satellite fournit des informations très pertinentes sur l’état des cultures: contenu en eau du sol, développement foliaire, état de santé, contenu en eau des plantes. Ces données sont combinées à des observations et des prévisions météo dans un modèle de bilan hydrique pour proposer en temps réel à l’irriguant des dates et doses d’irrigation à l’échelle de ses parcelles. Le concept a déjà été testé localement dans le Sud-ouest de la France sur du maïs et dans la région de Marrakech sur du blé et est en cours d’amélioration notamment à travers une meilleure détection du stress hydrique par imagerie thermique et des irrigations réelles par imagerie radar.

    De la recherche publique vers une PME

    Sat’Irr a été transféré à la PME TerraNIS (www.terranis.fr) en mars 2019 dans l’objectif d’industrialiser la solution et de la commercialiser. Après s’être approprié l’approche et les codes sources, TerraNIS a apporté plusieurs modifications pour répondre à des besoins spécifiques et développer de nouvelles fonctionnalités (structuration des données, accès à de nouveaux fournisseurs de données, gestion des utilisateurs, interface graphique, etc.).

    Un projet collaboratif entre TerraNIS et le CESBIO (Centre d’Etudes Spatiales de la Biosphère) financé par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) – WineEO – a débuté en 2020 avec pour objectif de poursuivre l’industrialisation de cet outil. Ce projet s’articule autour de trois volets :

    • un volet scientifique visant à adapter le modèle de bilan hydrique actuellement utilisé aux spécificités de la vigne telles que la structure en rang, les variabilités de l’inter-rang (enherbement, sol nu, etc.) et les différents modes de conduite (palissage, rognage par exemple). Un des enjeux est le développement d’algorithmes de traitement d’image permettant de valoriser les séries temporelles d’images satellite Sentinel-2 pour des applications dans le domaine de la viticulture.
    • un volet technique permettant d’enrichir la plateforme actuelle de nouvelles fonctionnalités et d’améliorer l’expérience utilisateur.
    • un volet expérimental avec la mise en place de projets pilote dans différents vignobles en Grèce, Italie, Portugal, Espagne et au Chili.

    Cette collaboration entre laboratoire scientifique et PME est un axe de développement fort permettant d’acquérir, de partager et de valoriser des outils, des savoir-faire et des compétences.■

    Contacts

    IRD-CESBIO : Michel LE PAGE
    UCA : Saïd KHABBA
    TerraNIS : Guillaume RIEU

    Aller plus loin

    En savoir plus sur le CES Evapotranspiration

    Cet article est tiré de la lettre d’information « Histoire de l’ART n°7 » publié par l’ART Occitanie