Le 22 juin 2020 s’est tenu, au Cnes, la première réunion du Groupe Mission (GM) TRISHNA (Thermal infraRed Imaging Satellite for High-resolution Natural resource Assessment). Elle regroupait près de 60 chercheurs en sciences de la terre, issus de nombreux organismes dont le Cerema, le CNRS, le Cnes, l’Esa, l’INRAe, l’IRD, l’OFB, l’Onera, Météo France, l’Ifremer ainsi que plusieurs Universités françaises et étrangères.

Une feuille de route ambitieuse

La mission TRISHNA est une coopération entre les agences spatiales française (Cnes) et indienne (ISRO). (> Lire Bulletin n°11) Elle est destinée à mesurer au moins 3 fois par semaine le signal infra-rouge thermique du système surface-atmosphère sur tout le globe, à 57 m de résolution pour les continents et l’océan côtier, et une résolution de 1 000 mètres sur le reste des surfaces océaniques. Les objectifs scientifiques qui ont guidé les spécifications de la mission sont le suivi de l’état hydrique des écosystèmes continentaux ainsi que le suivi des eaux côtières et continentales. À ces thèmes dits design driver, s’ajoutent d’autres thèmes tout aussi intéressants que sont l’étude des Milieux Urbains, la Cryosphère, l’Atmosphère et la Terre solide.

TRISHNA vue d’artiste. Copyright CNES/ISRO/ADS
labo.obs-mip.fr/multitemp/trishna/
www.cesbio.cnrs.fr/la-recherche/activites/missions-spatiales/trishna/

Le 5 mars dernier, le Conseil des Programmes Scientifiques (CPS) du Cnes confirmait la priorité haute de TRISHNA en tant que précurseur de Copernicus Land Surface Temperature Monitoring (LSTM), entérinant ainsi les conclusions du dernier Séminaire de Prospectives Scientifiques établies à l’aune des recommandations de la communauté scientifique Surfaces Continentales. Sur cet avis du CPS, le Conseil d’Administration du Cnes programmé le jour suivant, décidait du démarrage officiel des phases industrielles qui conduiront au lancement du satellite prévu en 2024 sur un lanceur indien.

Dans ce contexte, le GM TRISHNA se réunissait afin notamment d’élaborer la feuille de route du programme préparatoire de la mission d’ici son lancement. Après avoir parcouru l’actualité scientifique et programmatique du projet, les chercheurs du groupe ont passé en revue les questions scientifiques liées à chaque thème. Certains thèmes comme l’urbain et l’hydrologie ont également fait l’objet d’un zoom sur leurs dimensions applicatives aval. En complément de cette déclinaison thématique, les groupes transverses en charge de l’élaboration des produits, de leur étalonnage et de leur validation ont présenté leurs avancées sur la compréhension des principaux sujets liés à la physique des mesures thermiques TRISHNA : la séparation température/émissivité, la prise en compte des effets atmosphérique et directionnels et la dynamique haute fréquences des températures de surfaces.

L’engagement de Theia

Gageons que l’arrivée de TRISHNA dans le paysage programmatique favorisera la montée en puissance du CES Températures de surface & Émissivité qui, au même titre que le CES Réflectance de Surfaces, pourra être utile à de nombreux CES thématiques comme, par exemple : l’évapotranspiration, l’urbain, la cryosphère, et utile à leur accompagnement vers le secteur aval, via le réseau des Animations Régionales de Theia (ART). 

Philippe Maisongrande (Cnes, responsable de programme), Jean-Louis Roujean (PI), Philippe Gamet (Responsable produits), Corinne Salcedo (responsable Système) & Thierry Carlier (Chef de projet)

Aller plus loin

Lire le nouveau Bulletin

>>> Télécharger le .pdf en version impression
>>> Lire le Bulletin sur Calaméo


>>> Retrouver les numéros précédents.