Le satellite Sentinelle 1B du programme Copernicus, lancé avec succès le 26 avril 2016, s’apprête à surveiller l’environnement 24h/24 et par tous les temps grâce à son instrument radar en bande C.

Le satellite européen d’observation de la Terre Sentinelle 1B s’apprête à rejoindre la constellation Copernicus. Lancé à bord d’un lanceur Soyouz depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française, le satellite de 2,3 tonnes a décollé à 21h02 GMT (23h02 HAEC) avant d’être séparé de l’étage supérieur environ 24 minutes plus tard.

Après sa mise en service sur orbite polaire, il opérera avec son satellite jumeau Sentinelle 1A (lancé en avril 2014). Son arrivée permettra d’améliorer sensiblement le délai de revisite et le temps de réaction permettant à la constellation Sentinelle 1 de fournir des images 24h/24, indépendamment des conditions météorologiques, au profit de la surveillance maritime et terrestre et des services d’urgence. Ensemble, les deux satellites Sentinelle 1 couvriront l’ensemble de la planète tous les six jours.

Sentinelle 1 est une mission radar de pointe, capable de produire des images de la surface de la Terre, de jour comme de nuit, à travers la pluie et les nuages. Elle est donc particulièrement adaptée à la surveillance des régions polaires, plongées dans l’obscurité pendant les mois d’hiver, et des forêts tropicales, habituellement couvertes par les nuages.

Au-dessus des terres, les observations systématiques de Sentinelle 1 servent à déceler les évolutions de l’utilisation des sols et à surveiller les mouvements de terrain avec une précision exceptionnelle. Par ailleurs, cette nouvelle mission est spécifiquement conçue pour faciliter les réactions rapides en cas d’urgences et de catastrophes, telles qu’inondations et séismes.

Sentinelle 1B est le quatrième de la famille de satellites Sentinelle destinés au programme européen Copernicus, une initiative conjointe de la Commission européenne et de l’Agence spatiale européenne (ESA). 

Laisser un commentaire