Bientôt, un Système d’information Theia|Ozcar dédié aux observations in situ

L’objectif du Système d’Information Theia|OZCAR est de rendre visible l’ensemble des données in-situ d’observation des surfaces continentales collectées par les organismes de recherche français et leurs partenaires en France et à l’étranger.

Le système d’information en cours de construction permettra la découverte (décembre 2019) et l’accès aux données in situ (juin 2021) sur un portail unique, accessible via le pôle de données des surfaces continentales Theia.

Un développement innovant

Le développement du Système d’Information Theia/OZCAR a commencé par les données des observatoires labellisés faisant partie de l’Infrastructure de Recherche (IR) OZCAR — Observatoires de la Zone Critique : Observation et Recherche. Il sera ensuite étendu aux données provenant d’autres sources (programmes de recherche, observatoires non labellisés). Le Système d’Information en cours de développement s’appuie sur les standards d’échange de données (INSPIRE, OGC) et s’attache à mettre en œuvre les principes FAIR.

L’IR OZCAR s’intéresse plus particulièrement à la Zone Critique, cette fine pellicule à la surface de la Terre, située entre les roches non altérées de la lithosphère et les basses couches de l’atmosphère, où se produisent les transferts d’eau, d’énergie et de matière et les interactions entre l’eau, le sol, les roches, les êtres vivants.
LIRE L’ARTICLE DANS LE BULLETIN DE THEIA N°10

Au niveau français, ce projet est développé en coordination avec l’IR Data Terra dont Theia fait partie ainsi que Aeris, ForM@Ter et Odatis. Theia|OZCAR permet également de préparer la communauté française à intégrer les infrastructures européennes comme eLTER-RI (European Long Term Ecological Research), inscrite sur la feuille de route européenne (2018) et dont le miroir français eLTER-France inclut l’IR OZCAR.

21 observatoires dans le monde

L’IR OZCAR coordonne 21 observatoires labellisés qui gèrent une soixantaine de sites en France et à l’étranger (Afrique du Nord et de l’Ouest, Asie, Amérique du Sud, Arctique) qui vont de quelques hectares à plusieurs centaines de km².

Implantation des observatoires
Localisation des sites d’observation in situ coordonnés par l’IR OZCAR
Cartes publiées dans Gaillardet et al., 2018. OZCAR: The French Network of Critical Zone Observatories. Vadose Zone Journal, 17(1). DOI:10.2136/vzj2018.04.0067

Ces observatoires recueillent des données in situ des surfaces continentales sur le long-terme, dont certaines démarrent dès 1960. Dans le recensement actuel il y a plus de 300 variables différentes mesurées par les observatoires d’OZCAR (comprenant à la fois des variables physiques et des espèces chimiques) dont le nom a été harmonisé. Les données in situ sont principalement des séries temporelles, mais également des données grillées, des données vectorielles, ou des profils 2D. Une version test du portail, ciblée sur les séries temporelles ponctuelles, sera livrée en décembre 2019.

Collecte de données in situ. © OZCAR

Le développement du système d’information Theia|OZCAR est soutenu par le CNRS-INSU, l’IRD et l’ANR FairTOIS « Implémenter les principes FAIR dans le système d’information Theia|OZCAR».

Une équipe dédiée

Responsable scientifique
SI Theia|OZCAR

Sylvie Galle

Sylvie Galle
IRD |
Chargée de mission CNRS Insu
ResearchGate | ORCID

Responsable technique
SI Theia|OZCAR

Véronique Chaffard
IRD
@V.Chaffard

Responsable scientifique
SI Theia|OZCAR

Isabelle Braud
Irstea | SI Theia/OZCAR
ORCID
@I.Braud